Tarte aux mirabelles

Aujourd’hui je partage à nouveau une recette de saison. La saison des mirabelles étant très courte, cela me motive à vous la rédiger rapidement :p Ça fait 2 recettes de tarte d’affilée mais tant pis, c’est aussi parce qu’on en mange (trop?) souvent. C’est tellement bon et facile à faire avec les ingrédients qu’on a sous la main. Cette tarte, préparée avec amour, en dehors du traditionnel « mercredi dessert Top chef » répondait à une urgence : sauver les mirabelles qui dépérissaient à vitesse grand V. Depuis j’ai compris la leçon, je les stocke au frais :p

dav

Dès que j’en ai vu chez le primeur, j’en ai acheté 3 bons kilos. Excès de gourmandise ? Oui, probablement. Avec cette chaleur, les fruits ont commencé à bouder 2 jours plus tard alors j’ai décidé de préparer une tarte. Celle-ci est franchement basique mais elle est délicieuse et c’est la raison pour laquelle je vous propose de l’essayer. Et puis, qui se plaint de la simplicité? Pas nous 🙂

Mon seul souci pendant la préparation a été la confection de la pâte. Je n’ai pas utilisé ma farine de blé bio T55 habituelle, mais une T45 de marque de distributeur, dite « sans grumeaux ». Une horreur. Ma pâte était difficile à travailler. Cela dit à la dégustation, elle était plus sablée que d’habitude. Les enfants ont sans doute fait encore plus de miettes que d’habitude mais c’était toujours aussi bon :p Si en temps normal, vous avez du mal à étaler la pâte, vérifiez le type de farine utilisé et essayez avec de la T55 ou 65. Oui, c’est comme ça que je vais justifier les photos de ma tarte avec une pâte qui ne ressemble à rien :p

J’utilise généralement la pâte sucrée de C. Lignac pour mes tartes aux fruits sauf que je ne mets qu’une càs de sucre :p Diète cétogène, qu’as-tu fait de moi ? xD Vous avez la recette complète dans ma publication précédente mais je la remets ici parce que moi aussi, j’ai la flemme de changer de page quand je suis la recette d’un blog.

dav

Ingrédients pour la pâte sucrée :

  • 95g de beurre pommade
  • 30g poudre d’amande
  • 90 g sucre glace (1 càs pour moi donc)
  • 50g de fécule de pomme de terre
  • 1 pincée de sel
  • 1 œuf
  • 180g farine

Appareil :

  • Environ 1kg de mirabelles
  • Environ 4 càs de sucre
  • Gelée de coings (facultative)

Commencez par la préparation de la pâte. La recette d’origine est visible ici. Dans le bol du robot équipé du batteur plat, mélangez le beurre avec le sucre glace, la poudre d’amande, la fécule et le sel. Quand le mélange est sableux, ajoutez l’œuf et la farine. Poursuivre sans insister jusqu’à ce que vous puissiez former une boule et travailler la pâte. Étalez-la sur une feuille Silpat. Puis foncez-la dans un cercle à tarte (28cm ici) et réservez au frais.

Une heure plus tard (minimum), préchauffez le four à 180 degrés.

Lavez les mirabelles. Incisez et dénoyautez en essayant de les garder entières. Disposez-les sur le fond de tarte. J’ai demandé à mes 2 aînés de m’aider à trier les fruits les plus mûrs et les plus abîmés. Je vous épargne la petite leçon de vie, à laquelle ils ont eu droit au passage, sur l’importance de ne pas gaspiller et de lier l’utile à l’agréable 🙂

Serrez bien les fruits parce qu’ils réduisent légèrement lors de la cuisson. Soyez délicat, ne percez pas le fond de pâte 🙂

Saupoudrez généreusement de sucre. Je vous montre en photo ce que j’ai mis, soit environ 3 à 4 càs. N’hésitez pas à en mettre davantage si vous êtes bec sucré.

dav

Enfournez pour 35 minutes environ, jusqu’à ce que les fruits soient caramélisés.

Si vous avez respecté de le temps de repos au frais, la pâte ne se détrempera pas au contact des fruits qui dégorgeront. Elle sera juste recouverte d’un sirop de mirabelles acidulé. Hmmm 🙂

Laissez toujours refroidir la tarte à température ambiante avant de la démouler.

J’ai lustré la tarte au pinceau avec un peu de gelée de coings pour qu’elle brille. Vous n’êtes évidemment pas obligé de le faire.

Vous pouvez la servir avec une boule de glace vanille ou de la crème fouettée pour plus de gourmandise.

dav

Voici donc ma version de cette tarte aux bons fruits de Lorraine, sans crème, contrairement à la version Alsacienne. On sent le bon goût des fruits caramélisés sur une pâte croustillante. Le mélange de texture est terrible 😀 Faites-le moi savoir si vous essayez la recette. Ça me ferait super plaisir!

dav

Ah oui une dernière chose, nous ne l’avons pas entièrement mangée le soir-même (on n’abuse pas des bonnes choses), alors je l’ai conservée au frais!

Bonne dégustation!

Publicités

Panna cotta à la framboise

En ce moment je suis plus active sur Instagram que sur le blog. C’est tellement plus simple de vous poster une photo et quelques hashtags :p Je reviens quand même à mes premières amours avec une recette rédigée. Je cherchais une recette de dessert « léger », sans gluten, portionnable et qu’on ne va pas picorer pendant plusieurs jours comme une de mes tartes fétiches…puisque l’idée de base est d’apprécier un vrai dessert une fois par semaine. On a souvent tendance à en profiter trop longtemps. Oui je suis rabat-joie 🙂

dav

J’ai trouvé la recette sur le blog des cocottes moelleuses. Leur accroche est super drôle (« Comme nous, n’ayez pas peur d’être moelleuse ») même si je m’efforce de ne pas être trop moelleuse moi-même lol.

Les panna cottas (aucune idée de l’accord au pluriel) ont fait l’unanimité et on m’a demandé de ne rien changer à la recette exécutée ce soir-là. C’est plutôt bien me connaître parce que même après un succès, j’ai tendance à vouloir améliorer quelque chose, réduire un peu de sucre ou de gras… Bien souvent, le mieux est l’ennemi du bien. J’en sais quelque chose. Je tâcherai de ne pas changer d’avis :p

Quoiqu’il en soit, je n’ai pas changé grand chose à la recette originale, si ce n’est la quantité de framboises. J’en ai utilisé davantage et j’ai fait 7 portions au lieu de 6.

 

Panna cotta framboise

Ingrédients pour la crème :

  • 50 cl de crème liquide entière
  • 60g de sucre glace
  • 1.5 feuilles de gélatine
  • 1/2 gousse de vanille Bourbon

Ingrédients pour le coulis :

  • 200g de framboises pour le coulis + d’autres framboises pour déco (facultatives)
  • le jus d’un demi ou d’un citron entier, selon l’acidité souhaitée
  • 1 càc de cassonade

Placez le bol du robot, le fouet ainsi que 25cl de crème liquide entière au frais, idéalement une heure avant de démarrer la préparation des panna cottas.

Commencez par faire ramollir la gélatine dans un bol d’eau froide.

Dans une casserole, faites chauffer 25cl de crème liquide avec le sucre glace et la gousse de vanille grattée et fendue, jusqu’à atteindre une légère ébullition. Hors du feu, retirez la gousse de vanille. Égouttez la gélatine et incorporez-la dans la crème chaude. Mélangez à l’aide d’un fouet jusqu’à ce que la gélatine soit parfaitement fondue. Laissez refroidir à l’air libre.

Récupérez votre matériel dans le frigo avec la crème et montez-la en chantilly. Mélangez ensuite la chantilly avec la crème refroidie.

Répartissez la préparation dans des ramequins ou autres récipients. J’ai choisi de servir les panna cottas dans les pots en verre de ma yaourtière pour les enfants et dans de petits ballons à vin pour les « grands ». Placez-les au frigo pendant au moins 3 heures avant de servir.

Enfin préparez le coulis. Rien de simple! Rincez les framboises à l’eau claire. Mixez les avec la cuillère de sucre et le jus de citron. J’ai passé le coulis au chinois pour enlever les grains. C’est vite fait et c’est vraiment plus agréable à la dégustation. J’ai alors versé le coulis sur les panna cottas qui étaient déjà prises au frais, pour éviter d’avoir d’autres manipulations à effectuer au moment de servir. Cela a donné un léger dégradé de rose entre le coulis et les crèmes, plutôt joli. S’il vous  reste des framboises, vous pouvez les poser à ce moment-là. Soyez créatifs avec ce que vous avez à la maison si vous le souhaitez. Pourquoi pas quelques éclats de pistache, des amandes effilées, quelques feuilles de menthe… A vous de voir!

Ici avec des pistaches et des noix de Pécan concassées et caramélisées :

Panna cotta framboises (1).jpg

C’est prêt! Et vous risquez de vous régaler 😀 C’était rapide et facile à faire. J’en referai sans hésiter!

Bonne dégustation!

 

Mousse au chocolat au lait de coco

En ce moment, j’essaie de prévoir des desserts sans gluten, que l’on termine dans la soirée. Si je m’écoutais, on aurait toujours une tarte ou quelque chose qui y ressemble parce que c’est le genre de dessert que j’aime préparer et déguster. Mais j’ai beau adorer ça, je ne peux pas me permettre de faire traîner un flan pâtissier plusieurs jours à la maison, si je veux atteindre certains objectifs. Les desserts sans gluten et riches en œufs sont ceux qui nous conviennent donc le mieux à l’heure actuelle. Pas de privation, juste une sélection plus réfléchie.

Nous nous sommes donc régalés un mercredi soir avec ces délicieuses mousses au chocolat, sans sucre, riches en protéines et en magnésium, paléo et low carb, rien que ça :p  A vous de choisir le chocolat en fonction de votre palais. A la maison, c’est toujours du 85%.

Ingrédients

  • 6 blancs + 2 jaunes d’œufs
  • 100g de lait de coco
  • 200g de chocolat noir à 85%

Faites fondre le chocolat au bain marie. Dans une autre casserole, réchauffez le lait de coco. C’est ce qui permettra d’obtenir une mousse légère, légèrement parfumée, d’autant plus que j’utilise un chocolat plutôt fort en cacao. Ce qu’il restait de lait de coco a été utilisé pour les pancakes du petit déjeuner. 

Mousse au chocolat au lait de coco (10)

Séparez les jaunes et les blancs. Réservez les jaunes et montez les blancs en neige, pas trop fermes. Si les blancs sont trop serrés, la mousse sera moins aérée.

Mousse au chocolat au lait de coco (8)

Je ne sucre donc pas la mousse au chocolat. Si vous souhaitez le faire, il faut ajouter le sucre aux blancs pendant qu’on les monte en neige.

Quand le chocolat est fondu, ajoutez le lait chaud. Fouettez. Ajoutez les jaunes et fouettez à nouveau rapidement afin qu’ils ne coagulent pas.

Mélangez ensuite délicatement les blancs et la préparation au chocolat. J’ai versé le contenu de la casserole dans le bol du Kitchen Aid où se trouvaient les blancs et j’ai fait tourner le fouet à vitesse minimale. De temps en temps j’ai utilisé la maryse pour racler les bords et le fond du bol pour avoir une mousse bien homogène. Attention à bien éteindre le robot lors de chaque manipulation!

Mousse au chocolat au lait de coco (2)

Enfin transvasez la mousse dans des ramequins de votre choix et réservez au frais au moins 3h avant de servir. Les pots de ma yaourtière font parfaitement l’affaire. Je ne les ai pas remplis jusqu’au bord mais c’est tout à fait possible de le faire. Je limite juste un peu les doses pour les enfants et moi. J’ai conservé le reste dans un bocal à confiture.

Mousse au chocolat au lait de coco (4)

En photo, vous pouvez voir ce la mousse était bien aérée. Nous avons beaucoup aimé. J’en referai sans hésiter 😀 Ce sera peut-être l’occasion de faire d’autres photos.

Mousse au chocolat au lait de coco (5)

Bonne dégustation!

Langues de chat

Des blancs d’œufs à écouler comme d’habitude et un peu de temps libre avant le dîner, je décide de me rendre productive en cuisine tout en gardant un œil sur les enfants… Je passe en revue les différentes options qui permettent d’utiliser des blancs. Financiers, j’en fais tout le temps. Rochers coco, faits la semaine précédente… Macarons, non toujours pas :p Pourquoi pas des langues de chat? 🙂 Je n’ai, à ce moment là, encore jamais réussi à en faire de présentables mais je sais où trouver LA recette ultime : sur le blog de Bernard. Quand on cherche un classique, son blog est une valeur sûre, un petit bijou de précision. Je me dis que ces derniers temps, j’ai quand même progressé alors qui sait… Et effectivement les langues de chat réalisées sont excellentes, ce qui n’a pas manqué de me déconcerter. Une fois que la joie d’avoir réussi est passée, je fais face à une difficulté supérieure : résister à l’envie d’en manger…trop. L’histoire de ma vie.

Voici donc cette recette de langue de chats excellentissime, auxquelles vous résisterez…plus ou moins! Oubliez celles du commerce, c’est incomparable. Cela dit, je n’en ai pas mangées depuis l’enfance donc difficile de m’en souvenir :p Ce qui est certain c’est que la texture de ces biscuits maison est surprenante tant elle est fine, légère et croustillante à la fois.

Langues de chat (1)

J’ai beaucoup réduit le sucre par rapport à la recette originale et après avoir goûté, je sais qu’il est encore possible d’en enlever 20g sans problèmes pour ma tribu. Adaptez selon votre bec.

Ingrédients pour une petite centaine de biscuits :

  • 135g de blancs d’œufs
  • 100g de sucre
  • 100g farine
  • 125g beurre

Commencez par faire fondre le beurre dans une petite casserole à feu doux.

Langues de chat (3)

Parallèlement, montez les blancs en neige bien serrés. J’utilise le fouet à fils du Kitchen Aid.

Langues de chat (2)

Puis versez le beurre fondu dans un saladier avec le sucre et mélangez au fouet jusqu’à obtenir une crème homogène. J’ai photographié cette étape en mouvement comme j’ai pu, car en arrêtant de fouetter, le mélange tranchait.

Ajoutez la farine et mélangez à nouveau.

A l’aide d’une maryse, versez la pâte dans le saladier qui contient les blancs. Mélangez délicatement en soulevant les blancs pour garder l’aspect aérien. Si vous faites au robot comme moi, mélangez simplement avec le fouet à faible vitesse. On obtient une pâte très aérienne.

Langues de chat (7)

Préchauffez le four à 180 degrés. Puis remplissez une poche avec une douille lisse. Je ne trouve plus la mienne depuis bien longtemps, donc je coupe juste un petit bout de la pointe de la poche (jetable, sorry!). Pochez les langues sur 5-6 cm de longueur, en espaçant bien. J’en mets une quinzaine par plaque. J’ai oublié de compter mais il devait bien y avoir 5-6 fournées avec ces dosages.

Langues de chat (8)

J’ai mis deux plaques dans le four, mais la différence de hauteur a également entraîné une différence de cuisson. Elles n’étaient pas toutes cuites en même temps. J’ai donc surveillé la cuisson des langues régulièrement. Elles sont prêtes lorsqu’elles sont dorées sur les bords. Il faut prévoir entre 10 et 13 minutes en chaleur tournante. La prochaine fois, je me contenterai d’enfourner une plaque à la fois. Cela donnera le temps à la deuxième plaque de refroidir et je pocherai les langues petit à petit.

A la sortie du four, les biscuits sont parfois encore légèrement moelleux. Pas de panique, c’est normal. En refroidissant, ils durcissent. J’ai remarqué que j’avais directement la texture croustillante sur ma plaque à pâtisserie, alors qu’il fallait laisser refroidir les langues cuites sur la silpat.

Langues de chat (10)

Dans tous les cas, à la fin, 100% des biscuits sont réussis, peu importe leur position dans le four et la plaque sur laquelle ils ont cuit. J’ai cependant un vieux souvenir de langues de chat sur du papier sulfurisé qui avait gondolé, un goût irréprochable mais un rendu visuel discutable lol.

Maintenant je n’ai plus qu’à préparer une bonne glace vanille pour aller avec :p Et puis ça tombe bien, il n’y a qu’une version cétogène sur le blog pour l’instant. Ce sera l’occasion d’en présenter une classique, à base de crème anglaise… Miam!

Langues de chat (11)

Bonne dégustation!

Îles flottantes

Les îles flottantes, je n’en avais jamais mangées avant d’en faire. C’est en regardant un replay de Top Chef, que mon mari m’a appris qu’il adorait ça. Ah oui, mais c’est bon? L’idée d’une mousse posée sur une crème ne m’emballait que moyennement, je craignais que ça manque un peu de texture. Une seule façon de le savoir : essayer lors d’un de mes mercredis pâtisseries. Verdict : un grand succès! J’ai été très agréablement surprise par ce classique que je connaissais pas… et moi qui voulais du croquant, j’en ai eu :p Vous voulez savoir comment? Alors voici la recette que j’ai trouvée ici… Elle est prévue pour 6 personnes.

Iles flottantes (19).JPG

Pour gagner du temps, on peut prévoir la crème anglaise la veille et la cuisson des blancs le jour J.

Ingrédients pour la crème anglaise :

  • 75cl de lait entier
  • 6 jaunes d’oeufs
  • 75g de sucre
  • 1/2 gousse de vanille

Faîtes chauffer le lait dans une casserole à feu doux avec la gousse de vanille fendue et grattée, jusqu’à atteindre une légère ébullition. Retirez du feu, couvrez et laisser infuser une dizaine de minutes. Je n’utilise qu’une demie gousse parce que cela suffit largement à parfumer, donc à doser en fonction de la qualité de votre vanille. C’est de la vanille Bourbon, achetée sur mon île l’an dernier ❤

Iles flottantes (3)

 

Dans un cul de poule, fouettez les jaunes d’œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange s’épaississe et blanchisse.

Iles flottantes (4)

Réservez les blancs pour le reste de la recette. Je stocke les miens dans un bocal à confiture au frigo.

Versez le lait, après avoir ôté la gousse de vanille, sur le mélange jaunes-sucre et mélangez bien.

Iles flottantes (5)

Transvasez le contenu du cul de poule dans la casserole et faites cuire votre crème anglaise à feu doux sans cesser de remuer et en formant des 8 à l’aide d’une cuillère en bois.

Iles flottantes (6)

La crème mousse en surface au début, c’est normal. Elle disparaît au bout de quelques minutes. En théorie, il faut stopper la cuisson à 83 degrés. J’ai cependant stoppé la mienne à 80. Au-delà, chez moi, elle devient grumeleuse. Elle doit être onctueuse, assez liquide… et sentir bon la vanille 🙂

Iles flottantes (7)

On peut également vérifier la cuisson en nappant la cuillère. On doit pouvoir y laisser une trace de doigt sans que la crème ne la recouvre.

Iles flottantes (8)

Hors du feu, mélangez à nouveau un peu et transvasez dans le cul de poule pour qu’elle refroidisse. Une fois que la crème est à température ambiante, filmez au contact et réservez au frigo.

Ingrédients pour les blancs :

  • 6 blancs (5 pour moi)
  • 1 pincée de sel
  • 85g de sucre

J’ai réalisé la recette avec les 6 blancs qui restaient de la préparation de la crème anglaise la première fois, mais on en avait bien trop. Ça a beau être délicieux, nous avons trouvé l’ensemble déséquilibré. Avec 5, cela nous convient mieux. J’utilise des œufs bio, plutôt de gros calibre, donc cela explique sans doute le besoin de réduire le dosage.

Sortez les blancs du frigo un peu à l’avance pour qu’ils soient à température ambiante. Cela dit, pour avoir oublié de le faire une fois, ce n’est indispensable.

Préchauffez le four à 180 degrés.

Montez vos blancs en neige au batteur électrique (j’utilise le fouet à fils de mon Kitchen Aid) avec la pincée de sel. Ajoutez progressivement le sucre et augmentez la vitesse, jusqu’à ce que les blancs soient en neige ferme. Stoppez le robot et fouettez une dernière fois pour homogénéiser.  On obtient un beau bec d’oiseau, c’est parfait!

Iles flottantes (10)

Remplissez vos moules en silicones (plus simples pour le démoulage) avec la meringue obtenue. J’ai utilisé des demies-sphères de 7cm de diamètre, ainsi que des moules à muffins. Je n’enfourne qu’une plaque à la fois.

Lissez le dessus à l’aide d’une spatule et enfournez dans le four chaud pour 3 minutes, 3 minutes et 30 secondes chez moi. Les blancs gonflent légèrement et sont cuits lorsqu’ils dorent légèrement. C’est très rapide, ne vous éloignez pas 🙂

Iles flottantes (13)

Sortez du four et laissez refroidir pour démouler plus facilement. Puis remplissez vos ramequins de crème anglaise et posez les blancs à l’envers dessus. J’ai dressé dans de minis cocottes la première fois, mais finalement on préfère dans des bols tout simples. Les îles flottent mieux 😀

Enfin réservez au frais le temps de faire le caramel.

Pour le caramel :

  • 60g de sucre

On réalise simplement un caramel à sec. Rien de plus simple. Dans une casserole à fond épais, versez le sucre et le faire fondre à feu doux.

Iles flottantes (14)

Remuez le sucre pendant qu’il fond, sans utiliser de spatule. Faites juste attention à ne pas laisser brunir le sucre, le caramel brûle vite et donne un goût amer dans ce cas.

Iles flottantes (15)

Dès que le sucre est fondu et de couleur plutôt blonde, disposez-le en minces filets sur les îles flottantes. En refroidissant, il durcit! Et le voilà le croquant qu’il me fallait 😀 Si vous préférez une sauce au caramel (liquide), j’ai une recette par ici.

Iles flottantes (16)

Réservez au frigo jusqu’à l’heure du dessert (quelques heures). On en a aussi mangé jusqu’à 24h plus tard, les blancs ressemblaient alors à des marshmallows et c’était très bon aussi 🙂

Iles flottantes (17)

Je suis contente d’ajouter cette recette à la liste des desserts qui font l’unanimité à la maison. Une vraie réussite!

Iles flottantes (1)

Bonne dégustation!

 

 

Flan pâtissier

Bien bien… C’est un peu gênant cette longue absence sans explication… Alors soit je me lance dans la rédaction de la recette comme si de rien n’était ou alors j’essaie de me justifier brièvement? N’y comptez pas, la concision et moi, ça fait deux! Vous pouvez lire mon baratin ou scrollez jusqu’à arriver à la liste des ingrédients :p

Flan pâtissier (14)

La dernière recette publiée date de septembre, il y a 6 mois environ, aux alentours de la rentrée de mes loulous. A cette époque, j’ai idéalisé mon nouvel emploi-du-temps-partiellement-sans-enfants et j’ai voulu y caser tout ce que je ne parvenais pas à faire avant qu’ils soient tous scolarisés… Et je l’ai fait avec grand bonheur! A moi les sorties à vélo, les joggings à l’extérieur (ô joie après les heures passées sur un tapis de course), l’abonnement à la box de CrossFit, la piscine… Et puis il y a eu les vacances, les fêtes, d’autres vacances, des considérations minimalistes et « zéro déchet » qui ont modifié certaines de nos habitudes et qui m’ont pas mal occupée, un regain d’intérêt pour la lecture… Bref le blog a été relégué aux calendes Grecques. Pourtant vous avez été nombreux à toujours vous abonner et à consulter mes recettes et je vous en remercie!

Aujourd’hui il est temps de s’y remettre! Ma phase cétogène s’est terminée elle aussi, une phase de je-mange-ce-que-je-veux-je-m’en-fous-je-fais-du-sport a suivi… et m’a fait progresser de façon étonnante en pâtisserie 😀 Always see the bright side, you know :p Mais voilà, comme je change d’avis tout le temps, j’ai décidé d’être à nouveau un peu plus stricte, histoire de vraiment optimiser les entraînements. (Stricte au point de vous pondre une recette pas diététique du tout du tout du tout! Que de contradictions en si peu de temps…)

Bref, il y a toujours cette tradition chez nous qui est en place depuis pas mal de temps maintenant, c’est le dessert du mercredi, quelque soit la lubie alimentaire qui règne à la maison. Ce flan pâtissier a fait l’objet de l’un d’entre eux. Il me faisait vraiment envie, depuis bien longtemps… et ayant décidé de devenir plus minimaliste, il m’a fallu un certain de réflexion d’avant d’acheter le moule nécessaire. Est-ce que j’ai envie de préparer ce flan au point d’acheter un nouvel accessoire? Est-ce qu’il me servira pour d’autres recettes? Et autres tergiversations que je ne vous ferai pas subir… Par chance, ça a été une réussite dès la première fois. Aucun regret! Autant donc vous dire que ce n’est pas bien compliqué pour un résultat de fou 😀 Les autres recettes élaborées à l’intérieur de ce super moule seront sans doute publiées un jour, elles aussi.

J’ai consulté plusieurs blogs, mais c’est comme souvent, la recette de la faim des bananes qui m’a attirée. Parce que les recettes qui demandent 12 jaunes d’oeufs, je ne sais pas pour vous, mais chez moi ça bloque lol. Je n’ai pas de robot cuiseur, donc j’ai cuit ma crème pâtissière à l’ancienne dans une casserole, sans problème. Voici ma version, avec quelques modifications évidemment dans les dosages. Je ne suis plus céto, mais inutile de consommer du sucre à outrance. Le cercle utilisé est un De Buyer pour bavarois. Il mesure 24 cm de diamètre et 4,5 cm de haut. Tous les ingrédients sont bio, là-dessus non plus je ne change pas d’avis.

Ingrédients pour la pâte :

  • 250g de farine
  • 125g de beurre mou
  • 80g de sucre
  • 1 oeuf
  • 1 pincée de levure chimique
  • 1 pincée de sel

Ingrédients pour la crème pâtissière :

  • 6 oeufs
  • 1L de lait entier
  • 120g de maïzena
  • 300g de crème liquide entière
  • 1 gousse de vanille

1. On commence par préparer la pâte. Dans le bol du robot, mélangez le beurre avec le sucre, la farine, la levure et le sel à l’aide de la feuille. Incorporez l’oeuf. Lorsque le mélange devient sableux, formez une boule de pâte avec les mains. Ne travaillez pas trop la pâte, sinon vous risquez d’avoir un résultat friable. Puis aplatissez-la sur une silpat avec le rouleau.

Beurrez bien le cercle à tarte et foncez la pâte à l’intérieur en la faisant bien remonter jusqu’en haut des bords. Inutile de rechercher la perfection à ce stade, essayez juste d’avoir une pâte d’épaisseur égale.

Flan pâtissier (4)

Placez la pâte au frais pour une bonne heure afin de la figer plus tard lors de la cuisson. Je préfère découper l’excédent de pâte quand elle est bien froide pour obtenir un résultat net. J’utilise un couteau bien aiguisé, mais beaucoup préfèrent utiliser le rouleau à pâtisserie pour égaliser.

2. On passe à la crème pâtissière. Fendez la gousse de vanille et grattez les graines dans une casserole qui contient le lait. Faites le chauffer à feu doux jusqu’à atteindre une légère ébullition. Couvrez hors du feu et laissez infuser la vanille pendant une quinzaine de minutes.

Flan pâtissier (5)

3. Dans un cul de poule,  fouettez les oeufs avec le sucre. Ajoutez la maïzena et mélangez. Versez la crème (environ 35cl) et mélangez à nouveau.

Flan pâtissier (6)

Enfin ajoutez le lait vanillé et mélangez jusqu’à obtenir un résultat homogène. Transvasez le contenu du cul de poule dans la casserole et faites chauffer à feu moyen, sans cesser de remuer, jusqu’à ce que la crème commence à épaissir.

Flan pâtissier (7)

Elle doit être onctueuse, pas trop prise. Continuez à mélanger un peu hors du feu, puis laissez refroidir à l’air libre. La crème va continuer à s’épaissir par la suite (comme une béchamel), donc c’est normal si elle vous semble un peu liquide dans un premier temps. Vous pouvez passer à la suite quand la crème a bien refroidi, ou la filmer au contact et la conserver au frais si vous cuisez le flan plus tard.

Flan pâtissier (8)

4. Préchauffez le four à 180 degrés. Sortez la pâte brisée du frigo et égalisez les bords si ce n’est pas fait. Versez la crème pâtissière.

Flan pâtissier (11)

C’est une des rares recettes pour lesquelles je ne prends pas la peine de précuire la pâte. Pourtant en fin de cuisson, la pâte est bien croustillante sous le flan, parfaite. Enfournez pour 50 minutes à mi-hauteur. Le flan est bien doré, limite brûlé en surface, tout gonflé à la sortie du four. Il retombe un peu ensuite.

En photos ci-dessous : ce que j’ai obtenu les 2 fois où je l’ai préparé. La première fois, j’ai préparé un mini flan avec les excédents de pâte et de crème. La seconde fois, j’ai utilisé toute la pâte et j’ai préparé un chinois (brioche garnie à la crème pâtissière et pépites de chocolat) avec la crème restante. Chinois délicieux au demeurant, mais absolument pas photogénique pour l’instant :p

Laissez-le bien refroidir avant de démouler puis réservez au frais jusqu’au moment du service. Françoise a raison, le flan peut nourrir 12 personnes sans problèmes.

Flan pâtissier (15)

Voilà ce qu’on obtient à la découpe après un passage au frais :

Flan pâtissier (16)

Régalez-vous!

Flan pâtissier (13)

Ma prochaine recette sera salée :p

Bonne dégustation! 😀

Glace vanille cétogène

Voici une recette de glace toute simple pour accompagner un gâteau au chocolat (comme celui-là par exemple). Vous pouvez également vous en servir comme base pour d’autres glaces en ajoutant de la purée de fruits de votre choix, des pépites de chocolats, des fruits à coques caramélisés (ou pas), du cookie dough etc.

Glace vanille cétogène (5)

Toutes mes glaces sont faites en sorbetière. Si vous n’en avez pas, vous pouvez mettre la préparation au congélateur et la mixer au plongeur 3-4 fois toutes les 30 minutes, mais je trouve que le résultat est moins bien. La glace finit toujours par trancher, donc à faire uniquement si vous prévoyez de manger toute la glace en une fois. A l’heure actuelle, je n’utilise pas de stabilisateur. Ca me semble assez difficile à doser et pas indispensable à mon niveau, après une recherche très rapide sur le sujet. Donc ni stabilisateur ni gomme de guar comme j’ai déjà pu voir sur certaines recettes. Et le résultat nous satisfait pleinement 🙂

[Note pour moi-même : doubler les doses!]

Ingrédients pour environ 1 litre de glace :

  • 40cl de crème liquide entière
  • 4 jaunes d’oeufs
  • 1/2 gousse de vanille
  • 2 càs de sirop d’agave ou sucrant de votre choix

1. Dans une casserole, versez la crème. Fendez la gousse de vanille, grattez les graines et ajoutez les dans la crème. Ajoutez également la gousse ouverte. Faites chauffer le tout à feu doux sans porter à ébullition pendant une dizaine de minutes. Réservez hors du feu.

3. Dans un cul de poule, mélangez les jaunes d’oeufs et le sucrant. Ajoutez la crème vanillée et mélangez à nouveau. Ca sent déjà bon la crème anglaise ou la glace vanille 😉 Laissez refroidir à température ambiante. Puis placez au frigo dans un récipient fermé ou filmé pendant 1 ou 2 heures. Ce n’est pas une étape indispensable mais vous aurez une glace plus parfumée en le faisant.

3. Enfin retirez les gousses du mélange et faites prendre en sorbetière. Chez moi, on obtient la glace en une vingtaine de minutes. Stockez au congélateur.

Prévoyez de sortir la glace du congélateur 10-15 minutes avant de la servir pour vous faciliter la tâche (si non elle est un peu dure). Je l’ai servie avec le keto brownie.

Glace vanille cétogène (8)

Elle est délicieuse 😀 Aucune raison de se priver de glaces en céto, à condition de choisir le bon sucrant. Le sirop d’agave contient des glucides, mais j’en mets si peu que cela me semble négligeable dans le calcul de mes macros… Donc ni culpabilité, ni frustration 😀

Bonne dégustation!

Et si vous adorez les glaces comme moi, vous avez d’autres recettes en cliquant ici

Glace vanille cétogène (6)