Soupe d’automne (low carb)

Comme promis, c’est une recette salée que je propose cette semaine, en parfaite adéquation avec la météo maussade de la rentrée des classes. C’est LA soupe que je fais toutes les semaines pendant l’automne et dont personne ne se lasse à la maison. Au retour de l’école, mon grand m’a demandé « ça sent la soupe, tu en as fait?! Trop bien! » Et alors au fond de moi, je suis contente, parce que c’est le genre de souvenir que je veux laisser à mes enfants, l’odeur de la soupe d’automne dans la maison quand il ne fait pas beau dehors, le réconfort d’un plat chaud après une longue journée…

Comme toutes les soupes, elle est super facile à préparer. Elle est onctueuse et gourmande. Rien à voir avec une soupe à l’eau, qu’on mange uniquement pour se donner bonne conscience, et qui va donner envie de se jeter sur un dessert compensatoire en fin de repas. Je vous donne les grandes lignes de ma recette, à vous d’adapter les dosages selon vos goûts comme d’habitude. Je la sers en entrée ou dans des bols à l’apéro.

Ingrédients :

    • Environ 500g de courge au choix, ici un potimarron + 1 tranche de courge musquée
    • 1 gros oignon
    • 2-3 blancs de poireaux
    • 100g de champignons de Paris
    • 20cl de crème liquide entière
    • 1/2L de bouillon d’os
    • 1 filet d’huile d’olive
    • sel, poivre

Soupe d'automne (low carb) (1)

1. On commence par la préparation des légumes. Epluchez l’oignon. Fendez les poireaux dans le sens de la longueur pour les laver. Réservez le blanc et un peu de vert comme moi, si vous aimez bien. Ôtez le pied des champignons puis passez les sous l’eau claire. Emincez tout ça grossièrement et faites-les revenir à feu doux dans un fait-tout avec l’huile d’olive, le temps de préparer les courges. Même si mes légumes sont bio, je retire la peau des potimarrons. Je vois parfois dans des recettes que certains la gardent, parce que c’est un peu compliqué à éplucher, mais je n’aime pas le goût que cela donne. Retirez les graines, puis coupez vos courges en gros dés et ajoutez-les dans le fait-tout. Couvrez et laissez cuire pendant une dizaine de minutes en remuant de temps en temps.

2. Pendant la cuisson des légumes, je m’occupe du bouillon d’os, sorti un peu à l’avance du congélateur. Je ne m’attarde pas sur le sujet, mais il y a une multitude de bonnes raisons de préparer soi-même son bouillon d’os (faire le plein de collagène et de glycine pour la santé articulaire par exemple). Si vous avez un boucher sympa, il ne vous fera même pas payer les os. C’est simple à préparer, c’est plus ou moins la même chose que pour le bouillon de poule dont vous pouvez trouver la recette ici. J’en prépare généralement en grande quantités et je le congèle dans de petites bouteilles. Ensuite je m’en sers dans la préparation des soupes, le riz pilaf, la sauce bolognaise… Bref! Je découpe la bouteille au couteau à pain, et je démoule ensuite le bouillon glacé que j’ajoute dans le fait-tout. Vous pouvez évidemment remplacer le bouillon d’os par un cube de bouillon du commerce, au moins en attendant de le faire maison :p

3. Salez et poivrez, puis mélangez à nouveau, et couvrez jusqu’à ce que le bouillon soit fondu. Vous devez avoir du liquide à hauteur.

Soupe d'automne (low carb) (8)

Si besoin ajoutez un peu d’eau, comme ci-dessous :

Soupe d'automne (low carb) (9)

Portez le tout à ébullition puis poursuivez la cuisson à feu doux pendant 20-30 minutes jusqu’à ce que les légumes soient tendres.

Il ne vous reste plus qu’à mixer la soupe. Enfin, ajoutez la crème liquide pour donner plus d’onctuosité juste avant de servir.

C’est prêt! Une entrée chaude et réconfortante pour les soirées où il fait frisquet dehors 🙂

Et là c’est le drame! Pas de photo de la soupe une fois dressée. Pour tout vous dire, je l’ai faite à l’avance dans l’après-midi et au retour de mon entraînement à la piscine, tout mon petit monde m’attendait sagement à table pour commencer à manger. Je n’ai pas eu le coeur de leur demander de patienter encore pour mes photos. Qu’à cela ne tienne, je la referai de toutes façons très bientôt et j’aurai l’occasion de vous ajouter les photos ultérieurement. Faute avouée, à demie pardonnée? 😀

Bon appétit!

Publicités

Blondie, le gâteau au beurre de cacahuètes et pépites de chocolat (cétogène)

Après l’incontournable brownie, voici le blondie :p Il s’agit d’une variante hyper gourmande au beurre de cacahuètes. C’est une recette particulièrement adaptée dans un cadre cétogène… ou pas :p J’en ai déjà fait deux fois et il plaît beaucoup à la maison. Entre la première et la deuxième, j’ai acheté un moule carré et vous constaterez que les photos ont été prises deux jours différents. La texture de ce gâteau est incroyable, super moelleuse, légèrement croustillante dessus… Il vous laissera une table pleine de miettes, mais il en vaut la peine 😉

Blondie low carb (5)

Je choisis du beurre de cacahuète de la marque Dakatine, évidemment! Ce produit est incontournable dans la culture culinaire de mon île natale, bien que la recette fétiche soit une sauce froide pimentée (rougail) servie en accompagnement. Par ailleurs, il est très faible en glucides et convient à une diète low carb.

La recette vient d’un blog anglophone. Cette fois-ci, je n’ai quasiment pas modifié la recette originale. Elle est parfaite 🙂 Une vraie trouvaille!

Ingrédients :

  • 250g de beurre de cacahuètes
  • 2 oeufs
  • 1/2 càc d’extrait de vanille
  • 30g de farine de coco
  • 1 càc de levure chimique (ou 1/2 càc de bicarbonate de soude + 1/2 càc de vinaigre de cidre)
  • 100g de chocolat à 85% minimum
  • sucrant au choix, 1 pincée de stevia pure pour moi

Blondie low carb (6)

1. Préchauffez le four à 180 degrés.

2. Versez le beurre de cacahuètes, les oeufs, l’extrait de vanille et le sucrant dans le bol du robot. Mélangez au batteur jusqu’à obtenir une pâte lisse, assez fluide.

3. Incorporez la farine de coco et la levure et mélangez à nouveau.

4. Concassez le chocolat au couteau et ajoutez vos « pépites » dans la pâte. Il existe aussi des marques de pépites de chocolat faibles en glucides, mais cela coûte bien plus cher. A vous de choisir ce qui vous convient le mieux. Mélangez une dernière fois.

Blondie low carb (10)

5. Versez la pâte dans un moule carré, que vous aurez pris soin de chemiser si besoin. Puis enfournez pour une vingtaine de minutes.

6. Comme d’habitude, vérifiez la cuisson avec une pointe de couteau qui devra ressortir sèche. Laissez refroidir avant de découper le gâteau en 16 parts et essayez de n’en manger qu’une…à la fois 😉

Photo de l’intérieur pour vous donner une idée de la texture. J’ai été un peu impatiente, on voit que le gâteau était encore chaud… Miam!

Blondie low carb (3)

Bonne dégustation! 🙂

Bounty maison (low carb)

Une petite douceur low carb pour accompagner le café, ça vous tente? 😀 J’ai toujours beaucoup aimé les Bounty, mais il y a tant de raisons de ne pas succomber aux produits industriels, que je préfère les préparer moi-même maintenant. Si j’y parviens, tant mieux et si non, tant pis, je peux très bien m’en passer. C’est une version de Bounty très peu sucrée, qui correspond à nos attentes, n’hésitez pas à ajuster selon vos goûts. J’ai trouvé la recette ici et j’ai légèrement modifié les dosages. La recette est low carb, paléo, vegan…. de quoi convenir à toutes sortes d’alimentations différentes.

Bounty maison (3)

Ingrédients pour 12 mini Bounty :

  • 80g de noix de coco râpée
  • 1/2 gousse de vanille
  • 30g d’huile de coco
  • 2 càs de sirop d’agave (15g)

Pour la couverture :

  • 30g d’huile de coco fondue
  • 50g de cacao en poudre non sucré
  • 1 càs de sirop d’agave (je n’en mets pas)

ou

  • 100g de chocolat à 85% de cacao

1. Dans une casserole faites fondre l’huile de coco. S’il fait chaud, l’huile sera déjà liquide.

2. Dans un petit saladier, versez la noix de coco râpée et mélangez avec l’huile fondue, le sirop d’agave et les graines de la gousse de vanille fendue et grattée. Mélangez bien.

Bounty maison (1)

3. Répartissez le mélange dans de petits moules de votre choix. J’utilise beaucoup mon moule à mini financiers en ce moment :p Tassez bien, puis réservez au frais pendant une bonne heure.

Bounty maison (2)

4. Il est temps d’enrober vos Bounty. Vous avez le choix entre deux possibilités pour la couverture : un mélange d’huile de coco fondu, de cacao et de sirop d’agave ou bien du chocolat simplement fondu au bain-marie. J’ai essayé les deux et j’ai une petite préférence pour la deuxième proposition. Peut être parce que je n’ajoute pas de sirop et que c’est trop amer? A vous de voir! Si vous choisissez de faire fondre du chocolat, gardez-le bien tempéré au bain marie pendant toute l’opération d’enrobage.

Voici quelques informations susceptibles d’orienter votre choix :

Macros pour :
1 barre enrobée avec huile/agave/cacao : 111 cal, L10.1, G3.2, P1.4
1 barre enrobée avec huile/cacao sans agave : 107cal, L10.1, G2.2, P1.4
1 barre enrobée avec chocolat Lindt 85% :120 cal, L10.6, G3.3, P1.5

5. Démoulez vos petites barres de noix de coco. Trempez-les une à une dans le chocolat en veillant à les enrober entièrement, à l’aide de deux fourchettes par exemple. Réservez sur une grille, sous laquelle vous aurez glissé une feuille de cuisson ou une grande assiette pour limiter la corvée de nettoyage. (Un petit clin d’œil à Séverine qui apprécie ce genre de conseils :p) Je répète l’opération deux fois par barre pour avoir une couverture plutôt épaisse, semblable à celle du Bounty original.

6. Réservez au frais jusqu’à ce que la couverture durcisse avant de déguster. Par la suite, je les garde aussi au frais dans une boîte hermétique.

Bounty maison (5)

Succès garanti 🙂 Une confiserie sans additifs, ni conservateurs, ni colorants… ni culpabilité ❤

Bonne dégustation!

Tarte fine aux tomates et au chèvre (low carb)

Tarte fine tomates et chèvre (12)

Décidément je ne me lasse pas des tartes… 🙂 Sucrées, salées, elles me plaisent toutes! J’essaie tout de même de rester raisonnable en limitant leur consommation à une ou deux fois par semaine, étant donnée la présence de fromage nécessaire à sa préparation. Cela nous permet de manger végétarien et d’utiliser les aliments qu’on a déjà en stock. Notre tarte fétiche du moment est celle-ci : la tarte fine aux tomates et au chèvre.

Nous avons décidé il y a peu que 100% des fruits et légumes consommés à la maison seraient bio. Nous en mangeons tellement que nous craignons que leur consommation à terme nous fasse plus de mal que de bien. C’est un nouveau petit pas vers une alimentation plus saine. Les choix sont plus restreints, mais j’ai trouvé plusieurs fournisseurs qui nous permettent de continuer à manger varié. C’est comme cela que je me suis retrouvée avec des kilos de tomates anciennes délicieuses, toutes mûres simultanément, qu’il a fallu manger rapidement. J’ai donc opté, entre autres, pour une tarte qui a eu tant de succès qu’elle est servie à la maison régulièrement depuis. Par ailleurs, elle vous a plu sur les réseaux sociaux 😉 Je me réjouis de partager la recette avec vous pour que vous puissiez la reproduire à la maison.

J’ai utilisé la recette des crackers low carb comme base, c’est-à-dire la fathead bien connue des cétos et je l’ai adaptée.

Ingrédients :

  • 170g de mozzarella râpée
  • 2 càs de crème fraîche épaisse
  • 1 oeuf
  • 80g de farine de lupin
  • 1 càc de sel
  • poivre
  • 1 dizaine de feuilles de basilic frais
  • environ 3 belles tomates
  • 1 bûchette de fromage de chèvre

1. Préchauffez le four à 180 degrés.

2. Dans une petite casserole, faites fondre la mozzarella râpée avec la crème fraîche. Vous pouvez également utiliser de l’emmental ou du gruyère râpé en remplacement de la mozza et du mascarpone comme substitut à la crème fraîche. Je varie en fonction de ce que j’ai en stock.

Tarte fine tomates et chèvre (1)

3. Pendant que le mélange fond, versez la farine et l’œuf dans le bol du robot. Ajoutez l’assaisonnement et le basilic émincé. Quand la mozzarella est fondue, versez le contenu de la casserole dans le bol. Mélangez le tout avec le batteur plat jusqu’à obtenir un mélange homogène. Si besoin, utilisez une maryse pour racler les bords ou le batteur et mélangez à nouveau.

Tarte fine tomates et chèvre (2)

4. Formez une boule avec la pâte, puis étalez la entre deux feuilles de cuisson ou Silpat. Couvrez la plus grande surface possible pour obtenir une tarte bien fine.

Tarte fine tomates et chèvre (3)

5. Enfournez pour environ 8 minutes, jusqu’à ce que la surface commence à dorer.

6. Pendant la pré-cuisson, lavez vos tomates puis découpez les en tranches fines. Faites de même avec le fromage de chèvre.

Tarte fine tomates et chèvre (4)

7. Sortez la pâte du four et baissez la température à 160-165 degrés, puis disposez les éléments.

Tarte fine tomates et chèvre (9)

8. Enfournez à nouveau pour une dizaine de minutes, jusqu’à ce que le fromage soit fondu. Il faut trouver le bon compromis pour que la garniture soit cuite et que la pâte à tarte ne dore pas trop. Ci-dessous les photos avant cuisson :

Tarte fine tomates et chèvre (10)

Tarte fine tomates et chèvre (11)

Au moment de servir, vous pouvez agrémenter la tarte de basilic frais et l’accompagner de salade ou de crudités. Un vrai régal !

Ci-dessous la tarte cuite, les bords sont dorés, le chèvre juste fondu et les tomates légèrement cuites. C’est comme ça que nous l’apprécions 🙂

Tarte fine tomates et chèvre (13)

Bon appétit 😊

Tarte citron coco (low carb)

tarte coco citron low carb (6)

Une fois n’est pas coutume, en panne d’inspiration, j’ai demandé à mes enfants ce qu’ils voulaient pour LE dessert hebdomadaire. C’est assez risqué parce que c’est un coup à se voir réclamer des extravagances trop sucrées, trop techniques pour mon niveau de pâtisserie ou non appropriées à la saison par exemple. Maman, tu nous ferais pas des macarons avec une ganache montée au chocolat blanc? Je m’attendais donc à des propositions un peu tordues, en maman parano que je suis. Que nenni! Mes deux grands se sont vite mis d’accord en me demandant une tarte au citron. Quelle bonne idée! Des citrons bio, il y en a toujours au frigo. Des fruits céto par ailleurs 😀

A partir de là, il ne me restait qu’à trouver une idée sympa, autre que la tarte citron meringuée, fort bonne au demeurant, mais pas tellement compatible avec notre alimentation. Si vous me suivez sur Instagram, vous savez que je glisse vers le low carb en ce moment. J’ai réintroduit tous les fruits et légumes qui me plaisent. J’en parlerai plus longuement à un autre moment : les motivations de ce choix et leurs conséquences. Toujours est-il que malgré cette souplesse que je m’autorise en ce moment, j’ignore si elle est temporaire ou durable à l’heure actuelle, je n’en suis pas à manger de la meringue :p Pas une tarte citron toute simple non plus… Une tarte aux citrons jaune et vert? Moui pourquoi pas… Et puis m’est venue l’idée de la tarte coco citron, que j’avais dans un coin lointain de ma tête, sur ma to do list à rallonge. L’occasion parfaite de l’essayer!

J’ai utilisé des bases de recettes déjà présentes sur le blog (lemon curd ici et pâte à tarte céto par ), en ajoutant des dérivés de coco là où ça m’inspirait : crème, huile et noix de coco râpée.

Ingrédients pour la pâte :

  • 4 jaunes
  • 60g poudre d’amandes
  • 60g noix de coco râpée
  • 40g farine de lin
  • 40g huile ou de beurre
  • 1 càs psyllium
  • 1 pincée de sel
  • sucrant (facultatif)
  • 5 càs d’eau environ

Pour la crème au citron :

  • environ 5 citrons jaunes
  • 3 œufs
  • 30g de sucre de coco
  • 200ml de crème de coco
  • 1 feuille de gélatine
  • 1 càs d’huile de coco

Pour la déco :

  • noix de coco râpée
  • zestes de citrons

1. Dans le bol du robot, versez tous les ingrédients nécessaires à la confection de la pâte à tarte. Mélangez à l’aide du batteur plat. Vous devez obtenir un mélange granuleux.

2. Formez une boule à l’aide des mains et étalez entre 2 feuilles de cuisson ou de Silpat. J’ai remplacé la moitié de la poudre d’amandes de ma recette habituelle par de la noix de coco râpée, ce qui l’a rendue plus difficile à travailler. C’est un peu laborieux mais on y arrive! Je n’ai pas souhaité utilisé de la farine de coco, car trop imprévisible. Je n’ai pas tellement le temps d’échouer en ce moment lol. J’ai besoin d’un dessert réussi tout de suite même si, bon ou pas, il sera mangé pour éviter le gaspillage. Et si vous lisez maintenant ces lignes, cela signifie qu’elle a été validée par mon jury familial dont la franchise n’est pas à remettre à en question 😉 Bref si la pâte ne se laisse pas faire, ajoutez un jaune d’œuf supplémentaire, ou un peu d’eau, pour l’assouplir et essayez à nouveau de l’étaler. Foncez alors un moule à tarte (24cm de diamètre pour le mien), posé sur une plaque recouverte de papier cuisson ou de Silpat. Puis réservez au frais.

tarte coco citron low carb (1)

3. Pressez vos citrons jusqu’à obtenir 200ml de jus. Prélevez également quelques zestes si vous le souhaitez pour la décoration finale.

tarte coco citron low carb (2)

4. Faites chauffer de l’eau dans une casserole pour le bain-marie. Puis dans une autre casserole plus petite, fouettez les œufs avec le sucre. J’ai choisi du sucre complet de fleur de coco, mais choisissez votre sucrant selon vos exigences et votre palais. Sirop d’érable, d’agave, miel, édulcorant, sucre raffiné (beurk)… A vous de voir! Je voulais obtenir une crème acidulée et elle a totalement répondu à mes attentes. Le sucre de coco a un pouvoir sucrant supérieur au sucre blanc raffiné, donc 30g pour la tarte entière me suffisent. Cela donne 5g de sucre par portion, pas de quoi en faire tout un plat 😉 surtout si c’est occasionnel. Ajoutez le jus de citron et mélangez à nouveau. Posez la casserole dans le bain-marie et mélangez régulièrement jusqu’à ce que la crème épaississe, pendant une bonne vingtaine de minutes. Ajoutez ensuite la crème de coco et mélangez à nouveau.

tarte coco citron low carb (3)

5. Si la crème n’épaissit pas assez, faites tremper une feuille de gélatine dans de l’eau froide pendant 5 minutes. Egouttez-la et ajoutez là dans la préparation chaude, mais non bouillante. La mienne restait un poil liquide et je ne souhaitais pas l’épaissir en ajoutant de l’œuf. J’ai donc incorporé la feuille de gélatine ramollie et mélangé jusqu’à dissolution.

6. Retirez la casserole du bain-marie et ajoutez une belle cuillère d’huile de coco. Transvasez le mélange dans un récipient à température ambiante et stockez au frais.

7. Préchauffez le four à 180 degrés. Pendant ce temps, rangez la cuisine lol. Le presse-agrume et les écorces de citrons qui traînent, les casseroles sales, le fouet… Je lance un nouveau concept de recette, avec nettoyage inclus dans le temps de préparation :p Lorsque le four est chaud, enfournez le fond de tarte sur une grille en position basse. Laissez précuire environ 12 minutes. Nul besoin de haricots, billes en céramique ou autres, la pâte qui a reposé au frais ne bougera plus. A la sortie du four, elle doit être dorée, croustillante au toucher. Laissez la refroidir.

8. Le plus dur est fait! Versez la crème de citron froide sur votre fond de tarte froid lui aussi. Décorez à votre goût. J’ai été victime d’un profond manque de discernement en décidant de saupoudrer de longs rails de coco sur ma tarte lol. Impossible de les retirer après, mais je m’en passerai la prochaine fois ^^’

tarte coco citron low carb (4)

Enfin réservez environ deux heures au frais en attendant de déguster. La crème au citron sera plus ferme et vous aurez des parts bien nettes à la découpe.

Tarte coco citron.JPG

J’ai été particulièrement bavarde pendant la rédaction de cette recette. Si toutefois ce n’est pas clair, n’hésitez pas à me poser des questions sur Facebook ou Instagram. J’y répondrai le plus rapidement possible.

Excellent week end à tous 🙂

Tarte au chocolat, vanille et noix de Pécan

Tarte chocolat, vanille et noix de Pécan (1)

Le mercredi je prépare toujours un petit dessert, plus ou moins sophistiqué selon le temps et l’énergie que j’ai à y consacrer. La semaine dernière, je voulais utiliser des noix de Pécan mais c’est en vain que j’ai cherché des idées de dessert low-carb, voire « low-carbonisable ». Alors j’ai improvisé et au niveau des saveurs, c’est un peu parti dans tous les sens avec une grosse dominance « fruits à coque » : noisettes, amandes, noix et Pécan; en plus du cacao et de la vanille.  Eh bien je dois avouer que nous avons tous été assez bluffés à la dégustation car l’association de tous ces éléments  s’est avéré un pur bonheur gustatif 🙂 C’était subtil et très parfumé, tout ça sans un gramme de sucre, mais vous devez vous en douter 😉

Tarte chocolat, vanille et noix de Pécan (8)

La préparation n’a rien de compliqué, mais elle demande un peu de temps…et d’espace dans le frigo :p Je la referai sans hésiter! La tarte se compose donc d’une pâte au cacao, recouverte de mousse au chocolat, de chantilly à la vanille Bourbon et de noix de Pécan. L’idéal serait de la préparer le matin, voire en début d’après-midi pour la déguster le soir.

Pour la pâte au cacao pour un moule de 28cm de diamètre :

  • 90g de poudre d’amandes
  • 30g de poudre de noisettes
  • 4 jaunes d’oeufs
  • 40g d’huile de noix ou de noisettes
  • 1càs psyllium
  • 40g farine de lin
  • 25g cacao en poudre non sucré
  • 1 pincée de sel
  • sucrant (facultatif)
  • 4 càs d’eau

Pour la mousse au chocolat au lait de coco :

  • 200 g chocolat noir 85%
  • 6 œufs (4 jaunes et 6 blancs)
  • 10 cl de crème de coco
  • Sucre (facultatif, je n’en mets pas)

Pour la chantilly :

  • 40cl de creme de coco 
  • 1/2 gousse vanille
  • Sucrant (facultatif)

Et des noix de Pécan 🙂

1. Placez d’abord au réfrigérateur : le saladier, le fouet et la crème qui serviront à préparer la chantilly. Je la préfère avec de la crème de coco, mais choisissez en fonction de vos goûts. Avec une crème fleurette c’est bien aussi.

2. On attaque la préparation de la pâte à tarte. Mélangez d’abord tous les ingrédients au robot jusqu’à ce que l’ensemble soit homogène et se décolle des parois. Ce n’est pas lisse, mais c’est normal.

Tarte chocolat, vanille et noix de Pécan (10)

Puis formez une boule à l’aide des mains. La pâte est assez facile à façonner. Etalez la pâte au rouleau entre 2 feuilles de cuisson ou idéalement de 2 Silpat. C’est bien plus simple de cette façon 🙂

Tarte chocolat, vanille et noix de Pécan (3)

Puis foncez la pâte dans votre cercle à tarte. Le mien fait 28 cm de diamètre. Vous pouvez ensuite réserver au frais. Pendant cette étape, je stocke la plaque recouverte de Silpat directement au réfrigérateur. Cette étape est indispensable, car elle va permettre à votre fond de tarte de ne pas se rétracter lors de la cuisson. Je l’ai laissée plusieurs heures, car j’avais autre chose à faire, mais une demie-heure devrait suffire.

Tarte chocolat, vanille et noix de Pécan (4)

3. Pendant que la pâte repose au frais, vous pouvez préparer votre mousse au chocolat. Depuis que je suis céto, j’en fais très souvent. Faites fondre le chocolat au bain-marie. Montez les blancs en neige dans un cul de poule. Dans un autre récipient, mélangez les jaunes. Quand le chocolat est fondu, versez sur les jaunes en mélangeant rapidement pour éviter aux œufs de coaguler. Puis incorporez les blancs en neige à la maryse. A ce stade, je trouve la préparation un peu trop compacte alors j’ajoute environ 10cl de lait de coco pour obtenir une mousse plus légère à la fin. Mélangez délicatement tous les ingrédients jusqu’à obtenir un résultat homogène. Versez la mousse dans une poche à douille et réservez également au frais. Elle est plutôt fluide à ce stade et se raffermira lors du passage au frigo.

3. Le plus dur est fait! On passe maintenant à la chantilly. Récupérez vos ustensiles et ingrédients au frais. Versez la crème dans le saladier, ajoutez les graines d’une demie-gousse de vanille fendue. Puis à l’aide d’un fouet électrique à vitesse maximale, montez la crème en chantilly jusqu’à obtenir une consistance ferme. C’est prêt! Réservez au frais dans une deuxième poche à douille. J’utilise de grandes poches Matfer, elles sont jetables (shame on me) mais tellement pratiques!

Tarte chocolat, vanille et noix de Pécan (5)

4. Préchauffez votre four à 180 degrés. Lorsqu’il est chaud, enfournez votre fond de tarte sur une grille placée en bas. Faites cuire votre pâte environ 12 minutes. Le résultat doit être bien sec à la sortie du four. Laissez refroidir, le temps de ranger la cuisine par exemple :p Parce que ça devient vite un sacré bazar quand même quand on fait de la pâtisserie lol. Le dressage devra se faire sur un fond totalement froid.

5. Enfin le dressage tant attendu! Vos poches à douilles sont prêtes, vous n’avez qu’à les sortir du frigo. Disposez de petites touches de mousse et de chantilly sur toute la surface de la tarte. Puis déposez les noix de Pécan à votre guise. Soyez créatifs pour la déco, je vous fais confiance 🙂 Réservez alors votre tarte au frais en attendant de la servir.

Voilà vous savez tout. N’hésitez pas à varier avec d’autres oléagineux de votre choix…et à me tenir informée du résultat.

Tarte chocolat, vanille et noix de Pécan (6)

Croyez-moi, vous allez vous régaler! Et il y a de fortes chances pour que vos proches non-céto l’apprécient aussi 🙂

Tarte chocolat, vanille et noix de Pécan (9)

Bonne dégustation!

Lupain (pain cétogène à la farine de lupin)

Lupain (pain céto à la farine de lupin) (2)

L’une de mes grandes angoisses en démarrant la diète cétogène, c’était de devoir me passer de pain. J’étais déjà sensible au modèle Paléo, donc je limitais beaucoup sa consommation, mais j’avais quand même l’impression de faire un sacrifice. Découvrir l’existence des recettes de pain cétogène, ça  a été un grand soulagement (j’exagère à peine lol) de me dire que je pourrais manger mon fromage avec du pain. Depuis, je mange de moins en moins de fromage, du moins plus du tout en dessert, comme j’avais l’habitude de le faire.

Il a fallu modifier mon inventaire, se procurer de nouveaux produits pour réaliser du pain sans gluten et à plus forte raison, très faible en glucides. Rien à voir avec la baguette traditionnelle. On obtient un pain qui a la forme d’un petit pain de mie, avec une croûte fine et croustillante, à découper en tranches, à toaster éventuellement selon les goûts. Deux recettes ont retenu mon attention. J’en partage une aujourd’hui, qui est la plus simple des deux à réaliser. Vous l’avez peut-être vu dans les recettes publiées précédemment, je suis conquise par la saveur de cette farine.

Merci à Michèle P. sur le groupe « La vie en céto » pour son partage, je suis retournée dans les archives photos jusqu’en février 2017 pour le retrouver :p

Voici les macros pour 100g de pain (sans graines) :

  • Calories : 279
  • Lipides : PUFA 2.1+ MUFA 7.9 + SFA 12.7, soit un total de 22.7g
  • Protéines : 16.3
  • Glucides : 3.3

Lupain (pain céto à la farine de lupin) (1)

Ingrédients :

  • 80g de farine de lupin
  • 40g de beurre fondu
  • 4 oeufs
  • 60g de mascarpone
  • 1 càc de bicarbonate de soude + quelques gouttes de vinaigre de cidre (ou 1 càc de levure chimique)
  • 1 càc de sel
  • graines au choix

1. Préchauffez le four à 180 degrés.

2. Mélangez tous les ingrédients jusqu’à obtenir une pâte homogène. Incorporez les graines à la fin. J’ai choisi des graines de lin brun et doré et de tournesol.

3. Versez la pâte dans un petit moule à cake (24*10cm pour le mien).

4. Enfournez pour environ 40 minutes. Vous pouvez vérifier la cuisson à l’aide d’une lame de couteau qui doit ressortir sèche du pain.

5. Laissez refroidir sur une grille pour pouvoir le trancher correctement.

A la maison, on mange le pain dont on a besoin le jour-même et on congèle les tranches restantes dans un sachet de congélation. Vous pouvez ensuite les passer au grille-pain plus tard pour les décongeler et en mangez à tout moment 🙂 Je dois aussi avouer qu’au fil du temps, on ne consomme quasiment plus de pain. C’est pendant la phase de céto-adaptation qu’il est particulièrement intéressant de trouver un substitut.

Enfin, je ne m’attarde pas sur la liste non exhaustive des bonnes choses cétogènes à déguster sur votre pain : fromage (frais, au lait cru…), tartinades (d’olives, d’aubergines, d’asperges, de poivrons…), de charcuteries (patés, rillettes…) etc. Pourquoi pas en tartine avec de l’avocat et des oeufs brouillés au petit déj? 🙂 En relisant, je me rends compte que je n’ai pas d’idées sucrées. Avec une pâte à tartiner céto? Un coulis de fruits rouges aux graines de chia? A vous de voir :p

Je ne debrief pas non plus sur ce jeu de mots discutable qui sert de titre à ma recette :p J’assume ^^’

Bonne dégustation 🙂